Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À l'intérieur

Le film de genre en France est assez rare, coincé entre comédies formatées, polars chichiteux et soupe auteurisante. Ces dernières années, on a surtout pu apprécier Haute tension, Calvaire, Ils, voire même Dans ma peau. À l’intérieur, quelque part entre Baby blood et Nekromantik, se caractérise comme un objet gore conceptuel jusqu’au-boutiste à demi-convaincant. Plusieurs mois après un accident de voiture dans lequel elle a perdu son compagnon, Sarah passe la nuit de Noël seule chez elle, enceinte et paumée. Elle s’aperçoit vite qu’une femme rôde autour de la maison avant de finalement s’y introduire pour récupérer le bébé de son ventre.

Environ 20 minutes de mise en place, pas terrible et aux dialogues indigents, puis 1 heure de carnage silencieux. La radicalité du film, savoureuse et finalement honnête (on aura bien droit à l’extraction du bébé avec des ciseaux), est malheureusement ternie par une mise en forme poussive et peu originale : la direction d’acteurs est déplorable (Béatrice Dalle prend la pose dès qu’elle est à l’écran, Alysson Paradis horripile, Duvauchelle ennuie), la mise en scène est trop “pensée” pour être réellement passionnante, la lumière est tarabiscotée (depuis quand l’intérieur des maisons est-il constamment enfumé ?) et plusieurs scènes sont ridicules (la crise de nerfs de Dalle, la mère tuée par sa fille, le combat final avec le flic pas vraiment mort).

Tous ces travers mis de côtés, ce qui sauve réellement le film est donc sa sincérité et sa pugnacité à aller au bout de ce pourquoi il existe (une boucherie sanglante et sans pitié). De plus, l’aspect vaguement métaphorique du film n’est pas inintéressant, la femme-intrus pouvant se voir comme la matérialisation des tourments intérieurs de Sarah, sa peur de l’accouchement ou même de la maternité. Pour finir, le dernier plan du film est magnifique, vision hallucinée de la nativité, une Adoration des Mages dépouillée et satanique, tableau rouge sang qui mélange les influences de Delacroix, Bosh, Bruegel et Witkin, et dans lequel un monstre drapé de noir berce doucement un bébé sur une chaise à bascule.

À l'intérieur
Tag(s) : #Films

Partager cet article

Repost 0