Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mymp de 5 à 7

Je reprends à mon compte le titre du film d’Agnès Varda pour fêter les cinq ans de Seuil critique(s) (cinq ans, qui l’eût cru ? Pas même moi, et parce que c'est dur de tenir le rythme sans que cela devienne une obligation ou une corvée) et remercier, comme aux César, les fidèles, les purs et durs, ceux que j’ai eu la chance de rencontrer (en attendant de rencontrer ceux que j’aimerais rencontrer) et tous les autres qui viennent traîner ici de temps en temps, et aussi Cyril Mennegun qui m’a envoyé deux gentils mails parce que MG et ma pomme avions dézingué son mauvais Louise Wimmer. Je m’étais plus ou moins juré de ne jamais publier ces mails, genre le truc secret défense à la con, mais puisque je n’ai aucune éthique, aucun principe et aucune parole, et parce que c’est l’anniversaire du blog (et parce que je n’ai pas eu le temps de préparer un texte digne de ce nom), je vous en fais cadeau.

Premier mail, posé et poli, reçu après ma critique : "J’ai lu la critique que vous faites de mon film sur votre blog et je l’accepte, c’est le jeu. Cependant, je trouve que cette phrase, "C’est un bout de crise donné en pâture aux bobos, et c’est plus que bof", montre combien vous ne jugez pas de cinéma, mais de valeurs idéologiques faussées et haineuses envers un certain milieu et un certain type d’œuvres qui tente de faire honneur à ce que le cinéma doit être aussi : une tentative de décrypter le monde et ces enjeux, témoigner de son époque. Je passe sur la comparaison avec le téléfilm qui est sans fondement et indéfendable. Merci cependant de contribuer à faire vivre mon film à votre manière."

Soit. M. Mennegun a autant le droit de juger ma critique, qui vaut ce qu'elle vaut, que je juge son film. Deuxième mail reçu après la critique de MG, et là Cyril, qui a sans doute cru que j’en avais rajouté une couche (alors que merde, tout est de la faute à MG), n’est plus content du tout et en perd son bon sens : "Je découvre votre critique et sachez que j’accepte le jeu. Après tout, faire un film, c’est aussi prendre le risque de s’offrir à la vindicte de blogueurs imbéciles et autres réalisateurs ratés. Bref, j’accepte le jeu, mais je remarque que vous n’aimez RIEN et, visiblement, pas plus le cinéma qu’autre chose. Restez la tête dans vos séries piratées, restez bien au chaud derrière votre clavier, anonyme et pour longtemps."

BAM ! Ça calme, hein ? En même temps, maso et peu ambitieux que je suis, j’ai pris ça comme une sorte de consécration… En juin dernier, à une projection des Bêtes du sud sauvage, j’ai reconnu soudain M. Mennegun dans l'assistance et j’ai hésité un instant à aller lui parler, mais je ne l’ai pas fait, sans doute par lâcheté, et sans doute aussi parce que ce n’était plus vraiment important (je n’avais même pas répondu à son deuxième mail, plus amusé qu’offusqué) ; sans rancune, Cyril. Allez, l’année prochaine pour les six ans du blog (et en attendant les sept ans, peut-être, si la motivation est toujours là…), promis, je publie le mail que Christopher Nolan et Marion Cotillard m’ont conjointement envoyé suite à ma méchante critique de The dark knight rises (extrait : "You fucking salopard!"). Grosses bises les ratés et les imbéciles !

Tag(s) : #Vie du blog

Partager cet article

Repost 0