Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sailor et Lula

Palmes d’or légendaires 3/7 - 1990
 

Avec Pulp fiction, voici sans doute la palme d’or la plus rock’n’roll du Festival de Cannes (la première scène de Sailor et Lula met directement dans l’ambiance, sanglante, outrée et tapageuse), probablement parce que David Lynch et Quentin Tarantino explorent puis dynamitent chacun les archétypes de la pop culture américaine, très loin d’une certaine élégance, d’une certaine préférence auteuriste généralement prisées par le festival. Lynch rend également hommage aux immenses figures mythologiques du cinéma hollywoodien (et plus tard, à nouveau, dans Mulholland Drive), figures matrices qui hantent et obsèdent son film pas mal déglingué : road movie et couple en cavale, femmes fatales et tueurs patibulaires, grands espaces et romantisme exacerbé.

Toute cette imagerie légendaire (jusqu’à celle du Magicien d’Oz) sert à construire et codifier le film qui n’est, en définitive, qu’une bluette effrénée, folle histoire d’amour déjanté où deux innocents au cœur pur s’adorent face au Mal et s’aiment face à la mort, noirs ennemis grimaçants représentés de façon grotesque et irréelle (la mère hystérique de Lula, les sbires de Santos, l’ignoble Bobby Peru). Lynch s’amuse comme un fou, accumule, saccage, infantilise son film qui ne pourrait être qu’une frasque exubérante s’il ne se passionnait tant pour ses deux héros, Roméo et Juliette de l’Amérique des ploucs entraînés dans une spirale de sexe et de violence. Il n’oublie pas, non plus, de "faire" de grandes scènes lynchiennes terrifiantes qui marquent (et ont marqué son cinéma) : l’accident nocturne sur le bord d’une route, la mise à mort de Johnnie Farragut ou le "viol verbal" de Lula par Bobby Peru (et sa "magnifique" décapitation au fusil).

Plus que tout, ce qui semble définir en premier Sailor et Lula est le désir, sa notion et sa matérialisation effectives, sensuelles jusque dans son atrocité. Désir(s) de Lynch pour ses personnages, pour le cinéma et ses idoles, son folklore et son histoire, désir aussi qui, constamment, embrase les deux amants : désir physique, passion désinhibée ou enfantine, incarnée précisément par ces flammes dévorant sans cesse l’écran cinémascope. Entre gore et cartoon, conte de fées et baroque monstrueux, Lynch mélange les genres et les émotions, ouvrant pleinement les portes de son univers imprévisible pour laisser voir la quête sans limites d’un amour et d’un absolu démultipliés.


David Lynch sur SEUIL CRITIQUE(S) : Eraserhead, Twin PeaksMulholland DriveINLAND EMPIRE, Twin Peaks - Saison 3.

Sailor et Lula
Tag(s) : #Cycles

Partager cet article

Repost 0