Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Northwest

Casper vit dans une banlieue avec sa mère, et aussi son plus jeune frère et sa petite sœur (sur le père, on ne saura rien, parti sans doute, mort peut-être). Il fait des casses dans des maisons de luxe pour le compte de Jamal, petit caïd du quartier qui roule des mécaniques. Et puis Casper rencontre Bjorn, un caïd plus important qui va le prendre sous sa protection. Sauf que Jamal n’est pas vraiment d’accord… On se croirait dans un film de cité à la française, ou dans un film de gangsta à l’américaine, ou bien en plein réalisme social à l’anglaise, mais c’est un leurre : on est dans les faubourgs pauvres de Copenhague où la précarité côtoie sans cesse la violence. On est au pays de la petite sirène et de Lars von Trier. Bienvenue au Danemark.

Si Northwest ne propose absolument rien de nouveau en termes de situations, d’enjeux et d’univers (même si le Danemark est plutôt chiche dans ce type de films et que la trilogie Pusher a déjà, brillamment, fait son travail de sape et de reconnaissance), Michael Noer sait dépeindre avec efficacité, et dans une approche quasi documentaire, un quotidien pas vraiment évident entre douceur familiale et dureté des gangs (recel, trafic de drogue, prostitution, règlements de comptes…) ; et sait faire monter la tension jusqu’à un final à l’issue dramatique, mais totalement incertaine ; et sait aussi construire une relation forte entre deux frères (Casper et Andy) qui finira par imploser, ne pas résister aux sombres tentations d’un clan à la marge, au-dessus des lois.

Avec une mise en scène très directe, immersive, Noer s’en sort plutôt pas mal pour son deuxième long, et si son histoire ne surprend jamais (c’est donc le gros écueil du film), au moins évite-t-elle les clichés du genre tout en se les réappropriant de façon discrète, subtile. Noer s’attarde surtout sur la relation entre Casper et Bjorn (une sorte de père par substitution), complexe (entre rires et coups), explosive et destructible, qu’il oppose constamment à celles de la famille. Noer a su trouver en Gustav Dyekjaer Giese, acteur débutant non-professionnel, un Casper convaincant au visage buté et angélique en même temps. Il traverse le film sans dire grand-chose, mais avec une présence flagrante qui fait la principale robustesse du film.

Northwest
Tag(s) : #Films

Partager cet article

Repost 0