Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Continuant à explorer les joyeux méandres du couple (ses crises, son évolution, ses libertés, sa fantaisie), les frères Larrieu s’amusent une nouvelle fois à prendre les chemins de traverse pour narrer les relations inaltérables de l’homme et de la femme....

Lire la suite
Tag(s) : #Films

Palmes d’or légendaires 5/7 - 1998 Moins réussi, mais plus accessible, que Le regard d’Ulysse ou Le pas suspendu de la cigogne (les chefs-d’œuvre d’Angelopoulos), L’éternité et un jour évoque Proust perdu chez les Balkans dans l’image de cet écrivain...

Lire la suite
Tag(s) : #Cycles

Palmes d’or légendaires 4/7 - 1994 D avantage que Sailor et Lula , et parce que Tarantino n’était pas encore tout à fait un réalisateur culte ni un auteur confirmé comme Lynch, Pulp fiction est réellement la palme d’or la plus surprenante de l’ensemble...

Lire la suite
Tag(s) : #Cycles

Sacha Baron Cohen a troqué la grosse chaîne en or qui brille (Ali G) contre la moustache brune et broussailleuse (Borat), puis cette même moustache contre la mèche blonde et décolorée (Brüno). Chéri, pendant que tu y es, tu oublies aussi le costume gris...

Lire la suite
Tag(s) : #Films

Palmes d’or légendaires 3/7 - 1990 Avec Pulp fiction , voici sans doute la palme d’or la plus rock’n’roll du Festival de Cannes (la première scène de Sailor et Lula met directement dans l’ambiance, sanglante, outrée et tapageuse), probablement parce que...

Lire la suite
Tag(s) : #Cycles

C’est un uppercut dans tes yeux, un uppercut dans ta gueule. C'est une bravade cinématographique qui secoue sans ménagement (et c’est tant mieux), peut-être aussi un exercice de style perçu, par quelques réfractaires, comme vain et prétentieux, mais un...

Lire la suite
Tag(s) : #Films

Quoi de neuf sous le ciel trop gris de Poudlard ? Pas grand-chose cette fois-ci, et ce qu’il y a même de tristement ironique dans ce nouvel épisode cinématographique du sorcier à lunettes, c’est que David Yates avait plutôt bien réussi l’adaptation de...

Lire la suite
Tag(s) : #Films

"Qu’est-ce que tu ferais si je mourrais aujourd’hui ?" lui hurle-t-il avant de s’éloigner, sans attendre sa réponse. "Je mourrais demain" dit-elle enfin dans un murmure. Sublime exergue, exergue d’un amour filial impossible qui emporte tout en quelques...

Lire la suite
Tag(s) : #Films

Que l’aventure déploie ses larges efforts au fond d’un placard (Monstres et Cie), dans une chambre à coucher (Toy story) ou des cuisines parisiennes (Ratatouille), Pixar a toujours eu le chic pour nous proposer de superbes voyages pleins d’énergie et...

Lire la suite
Tag(s) : #Animation

Palmes d’or légendaires 2/7 - 198 4 D ésert immense sous l’incandescence d’un soleil trompeur, élans meurtris de poussière et de sable, et un homme seul qui se traîne, vagabonde après avoir couru trop longtemps jusqu’à vouloir complètement disparaître....

Lire la suite
Tag(s) : #Cycles

Est-il possible qu’Arrested development soit, avec The comeback , la meilleure série comique du monde, et même de tous les temps ? La plus pertinemment drôle, la plus caustique et la plus déjantée ? En seulement trois saisons (la Fox ayant décidé d’arrêter...

Lire la suite
Tag(s) : #Séries

Excessif, bancal, outrancier dans son humour, maladif dans son militarisme grandiloquent, emphatique dans sa perception du monde et des sentiments, Transformers 2 - La revanche est à Transformers ce que Bad boys 2 est à Bad boys : plus impressionnant...

Lire la suite
Tag(s) : #Films

Palmes d’or légendaires 1/7 - 196 7 A vant Zabriskie Point et Profession : reporter, visions extatiques et politiques de l’individu face à la société, de sa fuite existentielle dans un monde contemporain redevenu comme archaïque (et réputés chacun pour...

Lire la suite
Tag(s) : #Cycles

Face à ces Beaux gosses en total mode Deschiens, à ces chroniques super connes et drôles des années collège jouissant d’un buzz bizarroïde, âge tendre et tête de bois ont laissé place à âge bête et tête de nœud (et particulièrement à claques). Cette immersion...

Lire la suite
Tag(s) : #Films

Décalque standard du déjà négligeable Very bad things, Very bad trip (bon les gars, pour les prochaines traductions des titres, va falloir arrêter les brainstormings avec la coke et les putes) n’a aucune espèce d’intérêt en soi, le film se regardant à...

Lire la suite
Tag(s) : #Films

Pressé, défié (harcelé ?) par cette entêtée d' Ashtray-girl me proposant d’organiser ensemble un débat "casse-gueule" suite à une remarque, dans ma critique concernant Star Trek , sur le couple crypto-gay Kirk/Spock, j’ai dû me fendre d’un article évoquant,...

Lire la suite
Tag(s) : #Vie du blog

Comme il semble loin le temps d’un Schwarzenegger impassible et inquiétant, du brushing so eighties de Linda Hamilton et des bons vieux effets spéciaux à la papa Winston. Et loin aussi le temps des Guns N’ Roses, du "Hasta la vista, baby!" et de Robert...

Lire la suite
Tag(s) : #Films

Est-ce un rêve tragique, ou plutôt un cauchemar fiévreux ? Rêve d’une femme, cauchemar d’une mère envisageant, fantasmant la mort de son fils ? La belle séquence inaugurale, en noir et blanc, serait de fait comme un songe primal annonçant le délire à...

Lire la suite
Tag(s) : #Films

Plus que brisées, les étreintes de Pedro Almodóvar paraissent tristement inhibées et s’ouvrent à une grande frustration plutôt qu’à un émerveillement. Atone, sans risque, constamment en attente, comme suspendue mais ne se manifestant jamais, Étreintes...

Lire la suite
Tag(s) : #Films

Inévitablement, difficile de ne pas penser à Friends , de ne pas l’avoir toujours en tête en regardant How I met your mother ; souvenirs trop présents, atmosphère trop précise, répliques trop cultes (le "Legendary!" ne fait pas le poids face au vraiment...

Lire la suite
Tag(s) : #Séries

Horizons du cinéma français 7/7 - Suspens intimist e Adapté d’un roman de Ruth Rendell, L’analphabète (A judgement in stone), mais évoquant également Les bonnes de Jean Genet, pièce de théâtre elle-même inspirée de l’affaire des sœurs Papin, La cérémonie...

Lire la suite
Tag(s) : #Cycles
<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 > >>