Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The comeback

Lisa Kudrow et Michael Patrick King ont uni leur talent pour créer The comeback, série méchante et atypique qui n’a tenue qu’une saison aux États-Unis en dépit de très bonnes critiques. Valérie Cherish, ex-star d’une sitcom populaire il y a de cela quelques années, et périclitant depuis entre anonymat chronique et traversée du désert, accepte d’être le cobaye d’une émission de télé-réalité qui va suivre, 24h sur 24, sa vie et ses moindres déplacements. Et, principalement, sa supposée "renaissance" dans un nouveau soap débile pour ados, Room and bored, dans lequel elle est parvenue à décrocher un rôle récurrent, mais ingrat.

Mise en abîme vertigineuse du monde de la télé (le rôle même de Valérie paraît très autobiographique par rapport à Lisa Kudrow, ex-star de Friends), The comeback est d’une extraordinaire cruauté envers son personnage principal qui encaisse sans broncher ; parce qu’elle est continuellement filmée et qu’elle veut montrer d’elle une image irréprochable, Valérie se doit de rester digne en toutes circonstances et de sourire malgré les incessantes humiliations. La série n’est qu’un enchaînement non-stop de vexations, d’avilissements, de camouflets et de situations embarrassantes (sans parler des personnages, vils, puérils ou simplement bêtes). C’est un jeu de massacre énorme, subtil et jubilatoire ; rien de surprenant donc dans le fait que le public américain n’ait pas spécialement apprécié ce miroir à peine déformant de leur univers télévisuel, racoleur et abrutissant.

La vérité est tout aussi dure à admettre pour Valérie face à ce déferlement de vulgarité et d’inconsistance dont elle fait maintenant partie. Sa recherche d’une nouvelle gloire passera par le bas et son retour au succès ne sera dû qu’à une scène de vomi passée en boucle à la télé : conclusion terrible et absurde reflétant l’état déliquescent d’une télé-poubelle où la popularité se bâtit principalement sur du vent. Valérie endure tout cela avec la banane, méritante même dans la déchéance (la course à pied après le bus, mémorable), pathétique, égoïste, parfois grande dame, en tout cas complètement humaine. L’interprétation de Lisa Kudrow, éblouissante, parachève génialement le côté grandiose et grinçant de cette série plus que singulière.

The comeback
Tag(s) : #Séries

Partager cet article

Repost 0