Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Friends

Ils parlent d’amour, de sexe et de boulot (où ils semblent rarement aller), affalés pendant des heures sur le canapé du café d’en bas, vivent presque en autarcie, famille virtuelle aux allures de communauté peace and love, partagent le frigo, parfois les douches, se balancent des vannes, se font des blagues, se chamaillent, s’adorent et s’amourachent. Ils sont un peu "attardés", souvent immatures, grands adolescents en quête d’engagement tout en ayant peur de celui-ci, pas spécialement affranchis de la vie, plus vraiment jeune mais pas tout à fait adulte, en pleine application pratique de la règle d’or du célibataire moderne qui, époque et mœurs aidant, prend davantage son temps pour trouver le partenaire idéal que pour se marier et fonder une famille.

Friends peut éventuellement se déguster comme du bon théâtre de boulevard ultra-contemporain, spirituel, ironique et très en verve : entre les bons mots savoureux et les répliques cultes débitées à la minute, les portes claquent, les rires fusent et les intrigues comiques s’enchaînent à un rythme soutenu. Au-delà de l’humour et de la légèreté qui ont fait sa renommée et son succès, Friends évoque également quelques thèmes un peu plus ardus (divorce, stérilité, chômage) avec toujours une sorte de détachement qui fait qu’il vaut mieux essayer d’en rire plutôt que d’être obligé d’en pleurer.

Quitte à choisir, Friends préfère jouer sur les deux tableaux en nous faisant pleurer de rire. Et le rire est bien l’élément principal de la série, son âme, son essence, réglé au millimètre près, éclatant, direct, et que l’on retrouve partout, des innombrables situations burlesques jusqu’aux mimiques et expressions de chaque personnage. Comment ne pas oublier l’inénarrable Janice et son horripilant phrasé nasal, l’ironie constante de Chandler et ses piques sarcastiques, la folie de Phoebe et son tube interplanétaire Smelly cat, les "How you doin’?" de Joey, les "I know!" de Monica, le "PIVOT!" de Ross (dans la scène mémorable du canapé à monter dans l’escalier) ou sa pitoyable technique de l’unagi, ou le désormais célèbre "Oh my God!", réplique du siècle qui aura été entendue 1031 fois en dix ans…

Et s’il y a bien un épisode à voir et à revoir, ce serait le 14e de la saison 5 où la liaison de Chandler et Monica est enfin révélée au grand jour. Entre une Phoebe et une Rachel déchaînées, un Joey ayant de plus en plus de mal à garder sa langue et un Ross cherchant à amadouer the ugly naked guy pour récupérer son appartement, les deux amoureux ont fort à faire pour préserver leur secret. Cet épisode regorge de séquences d’anthologie : Phoebe découvrant le pot aux roses et hurlant à la mort ("My eyes! My eyes!") ou draguant Chandler au Central Perk dans un irrésistible numéro de séduction, Ross et ses mini-muffins, Joey perdu dans les affres de la rhétorique ("Ils ne savent pas qu’on sait qu’ils savent qu’on sait"), Chandler face au décolleté de Phoebe… La liste des moments les plus drôles et les plus fous, au fil des dix saisons, est très longue, mais ce qui, finalement, compte le plus, c’est que les six amis New Yorkais sont devenus, avec le temps, un peu les nôtres.

Friends
Tag(s) : #Séries

Partager cet article

Repost0