Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le cheval de Turin

Il existe finalement peu de cinéastes, qu’on les disent d’hier ou d’aujourd’hui (combien sont-ils ? Tarkovski, Sokourov, Angelopoulos, et puis qui d’autre ?), parvenus dans leur carrière à un tel degré d’exigence artistique égal à celui de Béla Tarr. Généralement ignoré ou mis de côté en raison de sa radicalité totale, le cinéma du réalisateur hongrois, pourtant source d’inspiration chez les plus grands (Gus Van Sant par exemple), a livré des œuvres austères, massives, mais d’une puissance inégalée (la scène d’ouverture du Cheval de Turin est magnifique, hors des conventions) ; œuvres imposantes dont on retiendra surtout Damnation, Les harmonies Werckmeister et le monstre Sátántangó, cauchemar halluciné, épreuve physique (et esthétique) de sept heures sur la déliquescence d’une société maudite et avilie où les petites filles se suicident à la mort-aux-rats et des âmes damnées valsent à n’en plus finir sur un air d’accordéon entêtant.

Nourri de tous les clichés du film d’auteur propres à effrayer la masse grand public (noir et blanc charbonneux, peu de dialogues sinon le souffle du vent, dilatation du temps, plans-séquences étirés à l’extrême, décors désolés au cœur d’une campagne boueuse et pluvieuse), l’œuvre entière et compacte de Béla Tarr revient pourtant à une forme de pureté, d’essence même du langage cinématographique que ce Cheval de Turin pousse dans ses derniers retranchements, jusqu’aux limites consumées du style de Tarr, éprouvé ainsi dans ses propres volontés. Et de dernier, il faut bien sûr évoquer puisque Béla Tarr a annoncé, au dernier festival de Berlin d’où il repartit avec l’Ours d’argent, que Le cheval de Turin serait là (peut-être ?) l’œuvre ultime de sa carrière ; la fin du monde, enjeu essentiel du film, prend alors une résonance plus intime, plus évidente.

Le film part d’un fait survenu à Turin en 1889 : Nietzsche enlaça un cheval d'attelage qui venait d’être brutalisé par un cocher, avant de sombrer dans la folie et de passer les dernières années de sa vie en état quasi végétatif. Mais ce n’est pas le philosophe "fou" qui intéresse le cinéaste, mais bien le cheval. Il appartient à un fermier et à sa fille, vivant reclus dans une vieille masure au fond d’un vallon et dans le plus strict dénuement. Et pendant que le cheval se laisse mourir, refusant de manger ou de sortir de l’écurie, l’Apocalypse dehors fait rage (brume pénétrante, bourrasques effrénées, sols et verdure desséchés), prête à engloutir le monde d’un éternel linceul de ténèbres.

Sur six jours, en trente plans et 2h30 fascinantes, très rudes, Béla Tarr observe patiemment, et dans un pessimisme total, le lent désagrègement de l’humanité (scandé par une litanie obsédante, funèbre, faite d’orgues et de violoncelles) dont les derniers représentants seraient le cheval, le fermier et sa fille. Si un prédicateur et une bande de Tziganes viennent à un moment troubler leur laborieux quotidien (annonçant, chacun à leur façon, l’inéluctable châtiment), absolument rien ne saura dévier leur route du néant qui se prépare ; même en essayant d’y échapper, fuyant leur maison de pierres dans une tempête de plus en plus terrifiante, traînant avec elle poussière et feuilles comme des tourbillons de cendres, ils reviendront plus tard vers leur seul havre, leur seul lieu d’attache, incapables de révolte, de lutte, d’acharnement plus fort que l’abîme, acceptant de fait la mort prochaine et leur nature poreuse.

Comme toujours chez Tarr, la notion du temps réel finit par se diluer, par se perdre et se désagréger : regarde-t-on le film depuis vingt minutes, depuis deux heures ou même depuis quatre heures ? Les gestes sans cesse répétés deviennent hypnotiques, sont une transe d’un autre âge, vêtements que l’on met, que l’on défait puis que l’on remet, pommes de terre que l’on dévore encore fumantes, eau que l’on va chercher au puits, paysage dévasté que l’on regarde par la fenêtre… Cette régularité métronomique, déréglée par les signes précurseurs de l’Armageddon, ronge les jours et les nuits de ces deux êtres trahis par le sacré et par les éléments (l’eau, la terre et le feu ne sont plus). Le film se termine dans une obscurité totale, angoissante, prophétique, ramenant sans ménagement l’homme au vide et Dieu à son ignominie ; et offre au spectateur l’humble révérence d’un cinéaste "alchimiste" qui aura, longtemps, travaillé à ce point la glaise de l’existence et ses dérives, ses rythmes douloureux.

Le cheval de Turin
Tag(s) : #Films

Partager cet article

Repost 0